grande policecontraste

  Erika

imprimer
AccidentsErika

L'accident

Le 11 décembre 1999, le pétrolier maltais Erika, chargé de 31 000 tonnes de fioul lourd n°2, en route de Dunkerque (France) à Livourne (Italie), est pris dans des conditions météorologiques très défavorables (vent d'Ouest force 8 à 9, creux de 6 m). Après avoir lancé un message d'alerte, puis procédé à des transferts de cuve à cuve, le capitaine informe les autorités qu'il maîtrise la situation et fait route vers Donges à vitesse réduite.

Le 12 décembre, à 6h05 du matin, il lance un SOS : son navire est en train de se casser en deux. L'équipage est évacué sain et sauf par des hélicoptères de la Marine nationale aidés par des renforts de la Royal Navy pendant que le navire se casse en deux à 8h15 (heure locale) dans les eaux internationales, à une trentaine de milles au sud de la pointe de Penmarc'h (Pointe sud du Finistère). La quantité déversée au moment du naufrage est alors estimée entre 7 000 et 10 000 tonnes.

La partie avant du navire sombre dans la nuit du 12 au 13 décembre à peu de distance du lieu de la cassure. La partie arrière, prise en remorque le 12 décembre à 14h15 par le remorqueur de haute mer Abeille Flandre, pour empêcher sa dérive vers Belle-Ile, coule le lendemain à 14h50. Les deux morceaux de l'épave, éloignés de 10 km l'un de l'autre, gisent à environ 120 mètres de profondeur.


Naufrage de l'Erika (Source Marine nationale)


Pollution et lutte en mer

Le plan Polmar-mer est déclenché le 12 décembre 1999 à 18h00 par le Préfet maritime de l'Atlantique. Dès le lendemain, la Marine nationale prépare deux bâtiments de soutien de haute-mer équipés pour la lutte antipollution, en vue d'une intervention dès que le temps le permettra et engage des discussions pour la mobilisation de moyens des pays membres de l'Accord de Bonn.

Les premières observations aériennes des avions des Douanes et de la Marine nationale indiquent plusieurs nappes dérivant en mer, dont une, de 15 km de long, est estimée à 3 000 tonnes. Ces nappes se déplacent vers l'Est à une vitesse de l'ordre de 1,2 noeud. Dans les jours qui suivent, les observations aériennes mettent en évidence des chapelets de nappes formées de plaques épaisses (5 à 8 cm) qui tendent à se fragmenter tout en continuant à dériver parallèlement à la côte. Le 16 décembre, des petites nappes d'environ 100 m de diamètre se concentrent dans une zone de 25 km de long sur 5 km de large. Le Biscaye Plan, convention d'assistance mutuelle franco-espagnole (signée le 7/12/99), est activé le 19 décembre à 16h00. A compter du 17 décembre, les nappes montrent une tendance à s'enfoncer de quelques centimètres sous l'eau.

Pollution et lutte à terre

Les premiers arrivages à la côte sont observés dans le Finistère sud le 23 décembre, soit 11 jours après l'accident. Des arrivages disséminés se poursuivent les jours suivants, atteignant les îles du Morbihan (Groix et Belle-Ile) le 25 décembre, et la Vendée, au nord de Noirmoutier, le 27 décembre. En raison des conditions météorologiques très mauvaises (vents supérieurs à 100 km/h soufflant perpendiculairement à la côte) et de très forts coefficients de marée, la pollution est projetée très haut sur l'estran, atteignant le sommet de falaises hautes de plus de 10 mètres.

Les plans Polmar-terre de Vendée et de Charente-Maritime sont déclenchés dès le 22 décembre. Ces départements ne seront respectivement touchés par la pollution que les 27 et 31 décembre. Le plan Polmar-terre du département de Loire-Atlantique est déclenché le 23 décembre, 3 jours avant l'arrivée des nappes à la côte.

Les plans Polmar-terre des départements du Finistère (touché le 23 décembre) et du Morbihan (touché le 24 décembre) sont déclenchés le 24 décembre. Au total, cinq départements déclenchent les plans Polmar-terre.

Le 26 décembre, soit 14 jours après l'accident, l'île de Groix, face à Lorient, est très affectée et le gros de la pollution atteint la Loire-Atlantique au nord et au sud de la Loire. Une couche visqueuse de 5 à 30 cm d'épaisseur recouvre certaines zones du littoral sur plusieurs mètres de large.

Navire
Nom Erika
Construction Kasado Dock Co Ltd Japon, 1975
Type Pétrolier simple coque à ballasts séparés
Port en lourd 37 283 tonnes
Citernes 9 citernes cargaisons - 4 ballasts
Longueur 184 m
Tirant d'eau 10,9
Moteur Sulze - 13 200 chevaux
Cargaison 31 000 tonnes de fioul n°2
Bunker 280 tonnes
Diesel Marine 132 tonnes
Pavillon Maltais
Propriétaire Tevere Shipping (Malte)
Gérant Panship
Société de classification RINA
P&I Club Steamship Mutual Underwriting Association
Affrêtement au voyage Total Fina


Nom : Erika

Date : 12/12/1999

Lieu : France


Zone de l'accident : golfe de Gascogne

Cause de l'accident : avarie

Quantité transportée : 31 000 tonnes

Nature du polluant : fioul lourd (n°2)

Quantité déversée : entre 19 000 et 20 000 tonnes

Type de navire : pétrolier

Précision navire / structure : simple coque

Date de construction : 1975

Longueur : 184 m

Pavillon : maltais








Voir aussi





Liens







Naufrage de l'Erika (Source Marine nationale)









Dernière mise à jour : 01/08/2012

Numéro d'urgence : +332 98 33 10 10 - 24h/24
© www.cedre.fr